Scandale au ministère de la construction – Le Pôle pénal économique et financier démantèle un réseau, le ministre Bruno Koné doit sévir

Le Pôle pénal économique et financier est une juridiction correctionnelle de premier degré spécialisée en matière de délinquance économique et financière. Il lutte ardemment contre la corruption, les infractions assimilées, le blanchiment de capitaux, le financement du terrorisme et les infractions financières. C’est cette structure importante dans le processus de lutte pour la bonne gouvernance en Côte d’Ivoire qui a mis à nu le vaste réseau d’escroquerie qui a cours au ministère de la construction, du logement et de l’urbanisme depuis une longue période.

Un réseau au centre duquel se trouvent quatre hauts cadres du ministère de la construction, du logement et de l’urbanisme dont l’un est même un élu de la nation, un député notamment. Ces quatre personnes sont Abdoulaye Diallo, Directeur du domaine urbain (DDU) ; Kra Kouma, Directeur Général de l’urbanisme et du foncier, par ailleurs, député ; Hubert Yomafou, Directeur de l’urbanisme  et Bamba Daouda, sous-directeur  du domaine urbain chargé du traitement des dossiers de l’Arrêté de concession définitive (ACD) grandes parcelles.

Ces quatre hauts cadres du ministère de la construction, du logement et de l’urbanisme ont été épinglés pour des malversations et placés sous contrôle judiciaire avec confiscation de leurs passeports respectifs. En effet, ils sont inculpés depuis le 16 janvier 2024 par le juge d’instruction du 3e cabinet du Pôle pénal économique et financier pour faux usage de faux en écriture dans les documents admiratifs portant sur 100 milliards de Fcfa. Ils sont interdits de sortir du territoire ivoirien et tenus de se présenter, tous les huit jours, au cabinet du juge du Pôle pénal économique et financier. Les quatre hauts cadres inculpés dont le Directeur du domaine urbain (DDU), Abdoulaye Diallo, qui avait tenté vainement de présenter pattes blanches face à la presse, ont reçu individuellement la décision de justice les concernant. Une décision dont nous avons pu obtenir copie qui stipule ceci, par exemple, pour M. Abdoulaye Diallo :

« Nous juge d’instruction ; Ordonnons de placement sous contrôle judiciaire le nommé Diallo Abdoulaye : Directeur du Domaine Urbain au ministère de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme de Côte d’Ivoire, inculpé de faux et usage de faux commis dans des documents admiratifs, escroquerie portant sur une somme estimée à 100 milliards de francs CFA et, de blanchiment de capitaux… Faits prévus et punis par les articles : (430, 96, 84, 85 de la  (loi n°2021-893 du 21 décembre 2021), du code pénal, relative au blanchiment de capitaux et les articles 311, 312…. de la loi n°2016-992 du 4 novembre 2016 relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme… Entendu que l’inculpé Diallo Abdoulaye offre des garanties de représentation, qu’en outre sa mise liberté ne risque pas de compromettre la manifestation de la vérité, qu’il y a lieu toutefois en raison de  l’information qui n’est qu’à ses débuts d’ordonner en son encontre une mesure de contrôle  judicaire… Par ces  motifs : vu les articles 10… du code de procédure  pénale faisons  interdiction  à Diallo Abdoulaye de sortir du territoire de la république de Côte d’Ivoire, ordonnons que le passeport physique soit déposé au greffe de notre  cabinet. Ordonnons le paiement d’un cautionnement de  10 millions de francs CFA. Disons que  ledit cautionnement est reparti comme suit : 2 500 000FCFA pour garantir la représentation et les frais de la procédure ; 7 500 000 FCFA  pour garantir la répartition des dommages causés par l’infraction et autres restitutions. Lui impartissons un délai de  huit (8) jours pour payer ledit cautionnement  à compter de la notification de la présente décision. Lui interdisons temporairement la signature de tout acte relevant du traitement et le suivi des dossiers de délivrance de tout titre de propriété relative aux parcelles de la zone du  village Elokate. Ordonnons et inculpons de se présenter devant nous, à notre cabinet chaque deux semaines à compter de ce  jour (c’est-à-dire, depuis le 16 janvier 2024). Disons que monsieur le Greffier…monsieur le Directeur de la surveillance du Territoire DST sont chargés chacun en ce qui le concerne de l’exécution de la présente Ordonnance…».

Que va faire le ministre de la construction, du logement et de l’urbanisme, M. Bruno Koné, face à cette situation qui entache le crédit de son ministère et porte un grand coup au travail remarquable qu’il accomplit ? Va-t-il sévir ou rester silencieux, lui qui a initié des reformes dans le secteur du foncier afin de faciliter la tâche aux populations et aux investisseurs ? L’opinion publique observe.

 Didier Depry

 Légende photo : M. Abdoulaye Diallo, Directeur du domaine urbain (DDU) du ministère de la construction, du logement et de l’urbanisme, l’un des inculpés.

 

 

 

 

 

 

Laissez une réponse

Votre email ne sera pas publié