Trafic et exploitation des enfants – Des mineurs interceptés à Boundiali, les convoyeurs mis aux arrêts

Les fins limiers de la sous-direction de la Lutte contre le Trafic, l’Exploitation d’Enfants et de la délinquance juvénile de Korhogo ont réalisé un beau coup de filet, le lundi 15 janvier 2024, aboutissant à l’interception de sept mineurs âgés de 12 à 15 ans. Ces jeunes, en provenance d’un village de Korhogo, étaient à bord d’un car de transport en commun en partance pour la localité de Vavoua.  Le car a été intercepté au corridor de Boundiali. Le but de leur déplacement était alarmant. En effet, ces adolescents se rendaient à Vavoua pour travailler dans les plantations d’anacarde. Cette pratique, en plus d’être contraire aux droits fondamentaux des enfants, est une infraction sérieuse qui compromet leur éducation et leur bien-être.

Les forces de l’ordre ont réussi également à arrêter le passeur et le convoyeur du car, responsables de la tentative de transporter ces mineurs vers les plantations d’anacarde. Ces individus seront présentés devant le parquet de Korhogo, où ils seront tenus responsables de leurs actes. Cette opération souligne l’engagement des autorités ivoiriennes en général et de la Première Dame, Dominique Ouattara,  en particulier à lutter contre le travail des enfants et le trafic illicite. En effet, les autorités ont décidé de passer à la vitesse supérieure quant à la répression des trafiquants et des personnes qui utilisent la main d’œuvre infantile dans les plantations et les mines. Cette opération met également en lumière l’importance de la coordination entre les forces de l’ordre et les services spécialisés pour prévenir et combattre ces pratiques nocives.

Rappelons que les autorités encouragent la sensibilisation continue de la population sur les conséquences néfastes du travail des enfants et appellent à une vigilance accrue pour protéger les droits fondamentaux des enfants. Cette intervention marque un pas important dans la protection de la jeunesse contre l’exploitation et renforce la détermination à éliminer ces pratiques inacceptables.

(Source : Sercom de la Première Dame de Côte d’Ivoire)

Laissez une réponse

Votre email ne sera pas publié