Annonce de retrait du Burkina Faso, Mali et Niger de la Communauté ouest-africaine – La CEDEAO propose  « une solution négociée à l’impasse politique »

Dans un communiqué conjoint lu sur les télévisions nationales des trois pays, le dimanche 28 janvier 2024, les juntes militaires qui tiennent des régimes de transition au Burkina Faso, au Mali et au Niger ont officiellement annoncé le retrait de ces trois nations de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO). Ce même dimanche, la CEDEAO a réagi à cette décision unilatérale du Burkina Faso, du Mali et du Niger. L’organisation sous-régionale ouest-africaine a préconisé la voix du dialogue pour régler cette situation nouvelle, tout en affirmant que ces trois pays  « restent des membres importants de la Communauté ».

« L’attention de la Commission de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (Commission de la CEDEAO) a été attirée par un communiqué diffusé sur les télévisions nationales du Mali et du Niger, annonçant la décision du Burkina Faso, du Mali et du Niger de se retirer de la CEDEAO. La Commission de la CEDEAO n’a pas encore reçu de notification formelle directe de la part des trois Etats membres sur leur intention de se retirer de la Communauté », a indiqué la CEDEAO dans un communiqué publié sur son site officiel.

Et d’ajouter : « La Commission de la CEDEAO, conformément aux directives de l’Autorité des chefs d’État et de gouvernement, a travaillé assidûment avec ces pays pour le rétablissement de l’ordre constitutionnel. Le Burkina Faso, le Niger et le Mali restent des membres importants de la Communauté et l’Autorité reste engagée à trouver une solution négociée à l’impasse politique ». « La Commission de la CEDEAO demeure saisie de l’évolution de la situation et fera d’autres déclarations à mesure que la situation évolue », conclut le communiqué.

Depuis l’arrivée des régimes militaires à la tête de ces pays, le Burkina Faso, le Mali et le Niger entretiennent des rapports tendus et exécrables avec la CEDEAO, l’organisation ayant imposé des sanctions économiques à leur encontre pour exiger le rétablissement de l’ordre constitutionnel. Ce que ces différents régimes militaires de transition rechignent visiblement à faire en usant de divers artifices pour éloigner l’échéance.

Didier Depry

Légende photo : Bola Tinubu, président du Nigeria et président en exercice de la CEDEAO.

 

Laissez une réponse

Votre email ne sera pas publié