Chauffeurs de taxis, VTC et motos de livraison – La Chambre nationale des métiers appelle à un contrôle routier renforcé

La Chambre nationale des métiers de Côte d’Ivoire (CNMCI) a récemment adressé un courrier au Préfet de Police d’Abidjan, demandant un contrôle routier renforcé de la carte professionnelle d’artisan conducteur pour les chauffeurs de taxis, de VTC et de motos de livraison. Selon la loi n° 2014-338 du 05 juin 2014 relative à l’artisanat et le règlement n° 01/2014/CM/UEMOA portant Code communautaire de l’artisanat de l’Union économique et monétaire ouest-africaine, tous les conducteurs d’engins de 2 à 4 roues utilisés à titre onéreux sont tenus de s’immatriculer au Registre des métiers et de détenir une carte professionnelle d’artisan conducteur valide. Le non-respect de ces obligations est constitutif d’infraction et peut être sanctionné en vertu des articles 54 et 59 de la loi n° 2014-338 du 05 juin 2014 relative à l’artisanat.

Dans ce courrier dont nous avons reçu copie, la CNMCI dit avoir déjà organisé plusieurs rencontres d’information et de sensibilisation avec les groupes concernés, mais le contrôle de ces conducteurs dans la circulation routière reste un défi. Par conséquent, la CNMCI demande que lors des contrôles routiers, il soit demandé aux conducteurs de présenter leur carte professionnelle d’artisan conducteur valide, en plus des autres documents obligatoires à bord du véhicule.

A l’en croire, cette mesure contribuerait également à la sécurité pendant la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) en permettant la traçabilité des véritables conducteurs de taxis, de VTC et de motos de livraison. « Ce contrôle permettra en outre de contribuer à la sécurité pendant la période de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) par la traçabilité des véritables conducteurs de taxis, de VTC et de motos de livraison », a déclaré Bamba Kassoum, le président national de la CNMCI. La CNMCI encourage donc tous les conducteurs concernés à se conformer à ces obligations légales pour assurer la sécurité de tous sur les routes.

Robert Krassault

 

Laissez une réponse

Votre email ne sera pas publié