Election présidentielle d’octobre 2025 – Gbagbo accepte d’être le candidat de son parti, les réseaux sociaux s’affolent

Laurent Gbagbo, l’ancien président  de la République de Côte d’Ivoire, a accepté d’être le candidat de sa formation politique, le Parti des Peuples Africains-Côte d’Ivoire (PPA-CI), à l’élection présidentielle d’octobre 2025. Cette annonce a été faite lors de la première session ordinaire du Comité central du PPA-CI qui s’est tenue, ce samedi 9 mars 2024, à Dream-Espace sis à Cocody-Riviera (Abidjan). M. Gbagbo, qui a été acquitté par la Cour pénale internationale (CPI) et est rentré, le jeudi 17 juin 2021, en Côte d’Ivoire, a exprimé sa gratitude aux  militants de son parti et à tous ceux qui ont soutenu sa cause pendant son procès. Il a aussi souligné les défis sociaux auxquels, selon lui, la Côte d’Ivoire est confrontée, notamment la cherté de la vie et la chute des prix des produits agricoles.

Le Comité central du PPA-CI a également décidé de donner mandat à  M. Gbagbo pour régler la crise survenue au sein du Comité de contrôle. De plus, il a validé la grille des cotisations mensuelles des membres du PPA-CI. Et dans le cadre de la préparation des élections de 2025, il a instruit le Conseil stratégique et politique (CSP) et le Secrétariat général (SG) de prendre toutes les dispositions pour mobiliser toutes les structures du PPA-CI. Avant de  demander à la direction du parti de proposer une date pour la tenue d’une convention ou d’un congrès extraordinaire pour la désignation formelle de Laurent Gbagbo comme candidat officiel du PPA-CI à l’élection présidentielle de 2025. Le Comité central a, par ailleurs, engagé la direction du parti à entreprendre des actions pour obtenir la réinscription de Gbagbo sur la liste électorale et pour obtenir des conditions d’élections justes et transparentes.

Mais à peine le Comité central du PPA-CI  terminé que cette annonce de la candidature de Laurent Gbagbo à l’élection présidentielle de 2025 suscite déjà une vague de réactions sur les réseaux sociaux. Certains internautes l’approuvent et promettent leur soutien, d’autres estiment que « cette candidature est de trop ». Visiblement cette nouvelle ambition présidentielle de l’ancien chef de l’Etat affole les réseaux sociaux, d’une façon ou d’une autre.

Robert Krassault

ciurbaine@yahoo.fr

 

Laissez une réponse

Votre email ne sera pas publié