Fonction publique ivoirienne – Voici les conditions de Soro Mamadou pour garantir la 2e trêve sociale

Le lancement du nouveau statut général de la Fonction publique effectué par la ministre d’État, ministre de la Fonction publique, Anne Désirée Ouloto, le 22 février 2024, au palais de la culture d’Abidjan-Treichville n’est pas resté sans réaction. Puisque plusieurs partenaires sociaux, par le biais de leur porte-parole, se sont fait entendre.

Ceux-là même qui le 8 août 2022 ont signé avec l’Etat de Côte d’Ivoire, la 2e  trêve sociale devant courir jusqu’en 2027 afin qu’il règne en Côte d’Ivoire, un climat de paix sociale. C’est-à-dire un environnement sans grève des fonctionnaires. Seulement voilà. Pour Soro Mamadou qui a utilisé la même tribune qu’Anne Désirée Ouloto, ce 22 février 2024, pour parler, au nom des travailleurs du Public, rien ne sert de courir mais il faut partir à point. Dans la mesure où, selon lui, cette 2e trêve sociale devrait pouvoir préparer une 3e trêve sociale.

Et le secrétaire général de la centrale syndicale Humanisme d’indiquer le chemin à parcourir pour y parvenir. « Notre présence ici est l’expression de notre engagement à préserver la paix sociale. Le dialogue social est un instrument pour éviter les conflits sociaux. Il permet par l’inclusion, l’émulation au travail (…) Chers travailleurs, après cette séance avec les personnels administratifs de haut niveau, nous viendrons vers vous à bonne date pour partager le contenu du protocole. Il s’agit de vous aider à faire avancer vos discussions dans le comité de dialogue sectoriel et de trouver des solutions aux préoccupations urgentes de gouvernance », a-t-il affirmé.

Et ce n’est pas tout. D’autant que le leader syndical ne se contente pas de préparer ses futures rencontres avec les syndicats de la fonction publique, Soro Mamadou va plus loin en indiquant les conditions pour une vie sociale meilleure dans le pays. « Qu’il plaise à Dieu et au gouvernement de Côte d’Ivoire que dans le cadre de la trêve sociale, nous puissions présager 2 sans 3. C’est-à-dire qu’en 2027, nous puissions conclure la 3e trêve sociale. Pour y parvenir, un bon suivi du protocole d’accord est nécessaire », prévient le leader syndical. Qui encourage la ministre d’Etat, ministre de la Fonction publique à aller dans ce sens. Dans la dynamique, en effet, de l’atelier des 31 janvier et 1er février 2024.

Félix Teha-Dessrait

tehadessrait@gmail.com

 Légende photo : Soro Mamadou, secrétaire général de la centrale syndicale Humanisme.

Laissez une réponse

Votre email ne sera pas publié