Nigeria / Accusé de fraude sur 5,6 millions de dollars – Le magnat du pétrole, Akintoye Akindele, jeté en prison

Le juge James Omotosho de la Haute Cour fédérale d’Abuja a ordonné, le vendredi 15 mars 2024, la détention du directeur général et président-directeur général (MD/PDG) de Duport Midstream Company Limited, M. Akintoye Akindele, au centre correctionnel de Kuje, à Abuja. Akindele restera en détention jusqu’au 20 mars, date à laquelle le tribunal examinera les documents confirmant l’imperfection de la libération sous caution qui lui avait été accordée précédemment.

Le 1er mars, le tribunal l’avait admis à payer une caution d’un montant de 750 millions de nairas avec deux cautions d’un montant similaire, peu de temps après qu’il ait été traduit en justice pour des allégations de fraude à hauteur de 5,6 millions de dollars. Le juge Omotosho a accordé la libération sous caution, a estimé que l’accusé devait remplir toutes les conditions attachées à la libération sous caution avant ou au plus tard le 8 mars, puis a ajourné jusqu’au 15 mars pour le début du procès.

Une partie des conditions est que les deux cautions doivent relever des biens fonciers relevant de la compétence du tribunal. De plus, les payeurs des cautions qui doivent prêter serment doivent également déposer leurs relevés de compte au greffe du tribunal. Le juge Omotosho avait estimé cela parce que l’accusé venait au tribunal depuis son domicile, le tribunal lui permettrait de bénéficier de la caution de la Haute Cour du FCT, jusqu’au 8 mars, a soutenu que l’accusé sera placé en détention provisoire s’il ne remplit pas les conditions  de la nouvelle caution d’ici le 8 mars 2024.

Cependant, lorsque l’affaire a été jugée vendredi, l’avocat de l’accusation, M. Simon Lough a tenté de présenter une demande orale demandant le transfert de l’affaire de la Haute Cour fédérale d’Abuja à la Haute Cour fédérale de Lagos. Selon lui, la juridiction compétente pour le procès de l’accusé est la division de Lagos ; étant la juridiction où l’infraction présumée a eu lieu, et tous les témoins ainsi que les preuves se trouvent tous à Lagos.

Bien que les avocats d’Akindele dirigés par le chef James Onoja se soient opposés à la demande orale faite par la police, le tribunal a cependant refusé d’accepter les arguments de toutes les parties, soulignant que la question du transfert est une question que l’accusation doit mettre par écrit. « Le transfert ne se fait pas par demande orale, il doit faire l’objet d’une preuve par écrit », a observé Omotosho, ajoutant que l’accusation devra en plus de déposer la demande, indiquer les motifs du transfert, les signifier au défendeur, qui sera alors soit d’accord, soit s’opposer au transfert, en indiquant les raisons pour lesquelles le tribunal ne devrait pas faire droit à la demande.

À ce stade, le juge Omotosho, qui a demandé aux avocats de convenir d’une date d’ajournement pour permettre à l’accusation de faire le nécessaire concernant la demande de transfert, a demandé où en était la libération sous caution accordée à l’accusé. « Nous l’avons soumis la semaine dernière avant la date qui nous a été donnée », ont déclaré les avocats d’Akindele. « Je ne l’ai pas vu », a répondu le juge.

Mais Onoja a insisté sur le fait que les documents avaient été soumis au tribunal, exhortant l’un des greffiers à confirmer que les documents étaient déjà en possession du tribunal. Bien que le juge ait initialement refusé la demande d’examen des documents, au motif qu’ils n’étaient pas en possession du tribunal, lui, ajoutant que jusqu’à « hier, j’ai demandé tous les dossiers en attente, je suis resté assis jusqu’à 17h30, je n’ai pas vu le dossier », a changé d’avis après avoir été persuadé par l’avocat de la défense, qui a affirmé que l’accusé avait un problème de santé qui peut s’aggraver en cas de détention provisoire. Il a également exhorté le juge à ne pas punir l’accusé pour ne pas avoir reçu les documents à temps.

Cependant, le juge Omotosho, après avoir parcouru le dossier, a observé que la caution n’avait pas été rendue parfaite avant le 8 mars, comme l’avait ordonné le tribunal. Selon son observation, alors que la lettre d’introduction des cautions était datée du 13 mars, l’activation de moyens était datée du 11 mars, soit 3 jours après le 8 mars, date limite de perfectionnement. « J’ai fait marche arrière en me basant sur les conditions de la libération sous caution qui lui avait été accordée précédemment, mais il ne les a pas respectées », a déclaré le tribunal.

Après la demande de l’avocat de l’accusé d’examiner et de prolonger le délai pour la mise en état de la caution, le juge Omotosho a ensuite ajourné jusqu’au 20 mars pour l’examen de la mise en liberté sous caution ainsi que l’audience sur la demande de transfert de l’affaire à la division de Lagos de la Haute Cour fédérale. Le juge a statué que, pour l’essentiel, « l’accusé sera placé en détention au centre correctionnel de Kuje » à Abuja. Dans les quatre chefs d’accusation portés contre lui par le bureau de l’Inspecteur général (IG) de la police, l’accusé était accusé d’avoir détourné la somme de 5 636 397,01 $ et 73 543 763,25 N, appartenant à Summit Oil International Ltd.

Akindele et sa société, qui est le deuxième accusé dans le procès marqué : FHC/ABJ/CR/570/2023, auraient commis cet acte entre 2017 et 2021, lorsqu’ils auraient converti ladite somme reçue de Shell en usage personnel. .Le chef d’accusation sur la caution se lit comme suit : Que vous, Akintoye Akindele, homme de 49 ans, directeur général/PDG de Duport Midstream Company Limited de D2 Mambilla Close Osborne Estate Ikoyi Lagos et Duport Midstream Company Limited de 42 Alexander Avenue Ikoyi Lagos entre octobre 2017 et novembre 2021. dans l’État de Lagos relevant de la compétence de cet honorable tribunal, tout en agissant de concert, vous avez conspiré pour commettre un crime, à savoir : En volant par conversion la somme de 5 636 397,01 millions de dollars américains et 73 543 763,25 nairas, vous avez ainsi commis une infraction contraire à l’article 516 du Code pénal. Code de loi, lois Cap C38 de la Fédération du Nigeria 2004.

Chef d’accusation deux : Que vous, Akintoye Akindele, homme de 49 ans, directeur général/PDG de Duport Midstream Company Limited de D2 Mambilla Close Osborne Estate Ikoyi Lagos et de Duport Midstream Company Limited de 42 Alexander Avenue Ikoyi Lagos entre octobre 2017 et novembre 2021 dans l’État de Lagos dans le juridiction de cet honorable tribunal tout en agissant de concert Vous avez volé par conversion malhonnête à votre usage la somme de 5 636 397 01 $ Milton USD et 73 543 763 N 25 propriété de Summit Oil International Limited, vous avez ainsi commis une infraction contraire à l’article 387 et punissable en vertu de l’article 390 du Code pénal, Cap C38 des lois de la Fédération du Nigeria, 2004.

Acte  trois : Que vous Akintoye Akindele, homme de 49 ans, PDG de Duport Medstream Company Umited de D2 Mambilla Close Osborne Estate Ikoyi Lagos et Duport Midstream Company Limited du 42 Alexander Avenue Ikoyi Lagos entre octobre 2017 et novembre 2021 à Lagos dans la juridiction de cet honorable tribunal, en agissant de concert, a volé la somme de 5 636 397,01 millions de dollars américains et 73 543 763,25 nairas appartenant à Summit Oil International Limited, que vous avez reçus de Shell Western Supply et Trading Limited sous l’ordre de les transférer à Summit Oil International Limited, vous vous êtes ainsi engagé une infraction contraire à l’article 385 et punissable en vertu de l’article 390 de la loi du Code pénal, lois Cap C38 de la Fédération du Nigeria 2004

Acte  quatre : Que vous Akintoye Akindele, homme 49 ans, MD PDG de Duport Midstream Company Limited de D2 Mambilla Close Osborne Estate Ikoyi Lagos et Duport Midstream Company Limited de 42 Alexander Avenue Ikoyi Lagos entre octobre 2017 et novembre 2021 à Lagos dans la juridiction de cet honorable tribunal, en agissant de concert, a volé, en convertissant malhonnêtement à votre usage la somme de 5 636 397,01 millions de dollars américains SS et 73 543 763,25 N, propriété de Summit Oil Intemabonal Limited, que vous avez reçue de Shell Western Supply and Trading Limited au nom de Summit Oil International Limited en raison du contrat que vous et votre entreprise avez conclu avec Shell Western Trading Limited et que vous n’avez pas remis l’argent à Summit Oil International Limited, vous avez donc commis une infraction contraire à l’article 388 et punissable – en vertu de l’article 300 du Code pénal, Lois Cap C38 de la Fédération du Nigeria 2004.

(Source : www.pmnewsnigeria.com)

NB : La traduction en français faite par le site d’informations indépendant « Le Monde Actuel »

 

 Voici notre analyse pour mieux comprendre ce scandale financier

 Dans les coulisses du monde des affaires, où les opportunités de réussite abondent, se cachent parfois des actes de malhonnêteté et de trahison. L’affaire récente impliquant Akintoye Akindele, le PDG de Duport Midstream Company Limited, illustre de manière frappante les sombres réalités qui peuvent émerger lorsque l’intégrité est sacrifiée au profit personnel. Accusé de fraude présumée de 5,6 millions de dollars, Akindele est au centre d’un scandale financier qui a secoué les fondements de l’entreprise et suscité des inquiétudes quant à l’éthique commerciale.

Les allégations qui pèsent sur Akindele et sa société sont graves et révélatrices de la nature insidieuse de la malhonnêteté dans les affaires. Selon les rapports, Akindele et Duport Midstream Company Limited auraient détourné des fonds appartenant à Summit Oil International Ltd., utilisant ces ressources financières à des fins personnelles plutôt que pour les transactions commerciales légitimes pour lesquelles elles étaient destinées. Ce détournement de fonds, qui aurait eu lieu sur une période de quatre ans, soulève des questions sur l’intégrité du leadership de l’entreprise et la fiabilité de ses pratiques commerciales.

Ce qui est particulièrement troublant dans cette affaire, c’est la préméditation apparente qui aurait entouré les actions d’Akindele et de Duport Midstream Company Limited. Le montant substantiel de 5,6 millions de dollars détournés révèle une intention délibérée de s’engager dans des activités frauduleuses, mettant en lumière la cupidité et l’absence de scrupules qui peuvent parfois caractériser certains individus dans le monde des affaires. Alors que ces fonds auraient pu être investis dans des initiatives bénéfiques pour l’entreprise et ses parties prenantes, ils ont été détournés pour satisfaire les désirs personnels de ceux qui étaient censés être des gardiens responsables des intérêts de l’entreprise.

En plus de l’accusation de fraude, l’affaire met également en évidence les conséquences dévastatrices de la malhonnêteté sur la réputation et la crédibilité d’une entreprise. Duport Midstream Company Limited, autrefois considérée comme une entité respectée dans le monde des affaires, se retrouve maintenant plongée dans un scandale financier qui menace de ternir son image et de compromettre sa viabilité à long terme. La confiance des investisseurs, des partenaires commerciaux et du public en général est mise en jeu, laissant des cicatrices durables qui pourraient prendre des années à guérir.

La récente décision du tribunal d’ordonner la détention provisoire d’Akindele souligne l’ampleur de l’affaire et l’importance de tenir les responsables de tels actes de malhonnêteté pour responsables de leurs actions. La détention provisoire est une mesure sévère, mais nécessaire, visant à empêcher tout risque de fuite ou d’obstruction à la justice pendant que l’affaire progresse. C’est un rappel poignant que les actes de malhonnêteté ne restent pas impunis et que ceux qui cherchent à manipuler et à trahir la confiance doivent rendre des comptes devant la loi.

En conclusion, l’affaire d’Akintoye Akindele révèle les profondeurs de la malhonnêteté et de la cupidité qui peuvent infiltrer le monde des affaires. Alors que la justice suit son cours, il est impératif que les leçons tirées de cette affaire soient pleinement intégrées dans la culture commerciale pour prévenir de futurs actes répréhensibles. L’intégrité et la transparence doivent être élevées en tant que principes fondamentaux, garantissant ainsi que la confiance du public est méritée et préservée dans toutes les facettes de l’entreprise et de la société en général.

 

 

Laissez une réponse

Votre email ne sera pas publié