Litige foncier – Rebondissement spectaculaire dans l’affaire Touré Ahmed Bouah contre Akoupé-Zeudji

Amon Amon Athanase,  président de la mutuelle des Détenteurs des Droits Coutumiers d’Akoupé-Zeudji, Prof Agbé Koudou Jean-Jacques, le chef du village d’Akoupé-Zeudji, Touré Ahmed Bouahle PDG du Groupe SOPHIA.SA, Franck Michaël Boni, l’ancien liquidateur du projet, certains membres du comité villageois, se sont parlé. Ils étaient tous assis autour d’une table sans leurs téléphones portables, à ‘exception du chef du village d’Akoupé-Zeudji, ce jeudi 28 mars 2024.

Et, cela  après  une sortie au vitriol des détenteurs des droits coutumiers dudit village, contre le promoteur de Akwaba city, ville nouvelle, patron de Sophia SA. Ils sont satisfaits au terme des discussions et négociations pour le retour de la paix autour du projet immobilier portant sur  541 ha d’Akoupé-Zeudji et autres sites. Que est-il passe en 48 h entre Touré Ahmed Bouah et la communauté villageoise d’Akoupé-Zeudji profondément divisés dans  un litige foncier depuis  plusieurs années ;  comme l’a illustré  le ton acerbe des animateurs de la conférence de presse des détenteurs des droits coutumier d’Akoupé Zeudji, le mardi  26 mars 2024 ?

L’épilogue est  impressionnant

« Quelques incompréhensions étaient apparues dans le projet. Aujourd’hui, grâce  à la médiation de  l’ancien liquidateur qui a rapproché toutes les parties, nous nous sommes compris. Akoupé Zeudji et SOPHIA, nous parlons le  même langage Les travaux vont reprendre ces jours-ci. Le Fonds de prévoyance  militaire,  le médiateur, les détenteurs des droits coutumiers vont continuer leur rôle. Les différents conflits que  nous avions sont finies.  Désormais, c’est main dans la main dans  l’accession,  le lotissement à Akoupé Zeudji. Aujourd’hui nous avons  une convergence de vue dans  la conduite de l’opération avec cette paix des braves. Nous avons trouvé  un point d’accord. Les revendications des détenteurs des droits coutumiers ont été satisfaites. Mes  exigences et mes réclamations ont été prises en compte. Chacun part aujourd’hui satisfait des conditions de conciliation d’aujourd’hui. Nous avons trouvé un bon compromis», a affirmé l’opérateur économique  Touré Ahmed Bouah, visiblement très soulagé..

De son côté, le président du Groupement d’intérêt économique (GIE) dit « Mutuelle des détenteurs de droits coutumiers des 4371 hectares d’Akoupé-Zeudji», Amon Amon Athanase, ne manque pas de se réjouir au terme des discussions. « Aujourd’hui  nous partons tous satisfaits. Notre autorité  à  la tête de la mutuelle des détenteurs des droits coutumiers d’Akoupé Zeudji a été réaffirmée. Là où on parle de paix, il y a assurément des concessions. Nous savons que l’opérateur Touré Ahmed Bouah a  travaillé, mais telle que les choses évoluaient, nous sentions que  nos  terres  nous échappaient. Nous n’étions  plus  propriétaires de  nos terres. Nous n’avons  pas accepté cela. Les démarches que  nous allons effectuer vont donner satisfaction à tout le monde. Désormais  le FPM (fonds de prévoyance militaire) et Sophia reconnaitront que les détenteurs des droits coutumiers sont  les  propriétaires des parcelles en question. Toutes les  oppositions sur  la base du respect des engagements pris ce  jour sont levées. Il n’y aura plus de raison qu’il y a  des oppositions. Désormais, nous sommes ceux qui cèdent et vendent leurs terres, parce que détenteurs des droits coutumiers…Il n’y a plus de vente sans l’accord des Détenteurs des droits coutumiers que nous sommes», indique le président de la Mutuelle Amon Amon Athanase

Les intérêts des parties préservés

 Franck Michaël Boni, expert-comptable et ancien liquidateur judiciaire du projet de fourniture de terrains-nus des ex-FDS, principal animateur de  la conférence de  presse des détenteurs des droits coutumiers révolté a salué «  la manifestation de volontés des parties : Touré Ahmed Bouah et les Détenteurs des Droits Coutumier d’Akoupé Zeudj, ont décidé de partir  à  la discussion  pour  mettre fin  à  la situation de mésentente autour des 541 hectares ».

Plusieurs années de crise  ont affectivement alourdis les relations entre  les Détenteurs de droits coutumiers (DDC) d’Akoupé-Zeudji conduits aujourd’hui par Amon Amon Athanase et le promoteur de  la société immobilière, Groupe SOPHIA.SA, Touré Ahmed Bouah. Les prochains jours diront à l’opinion et autres observateurs si la crise impliquant  le Fonds de prévoyance militaire (FPM)  a amorcé une véritable ligne de paix. Et ce,  à compter de la rencontre de conciliation, ce jeudi 28 mars 2024. Les intérêts des différentes parties ayant été pris en compte et préservés, elles annoncent se retrouver début avril  pour  la signature effective d’un protocole déffiniti de résolution de la crise pour la reprise du projet. La communauté villageoise d’Akoupé-Zeudi retient son souffle.

Source : Le Débat Ivoirien

 

 

Laissez une réponse

Votre email ne sera pas publié