Sauvetage sportif aquatique – Les Éléphants Sauveteurs en regroupement pour le mondial Australie 2024

Le championnat du monde de sauvetage sportif se tient du 24 août au 9 septembre 2024 en Australie. La Côte d’Ivoire y prendra part. Dans le cadre de ses préparatifs, l’équipe nationale de sauvetage aquatique est actuellement en regroupement pour une mise en forme technique et pratique dans le bassin de la Piscine d’Etat de Treichville (Abidjan), à l’initiative de la Fédération ivoirienne de sauvetage et de sécurité aquatique (FISSA), organisation présidée par l’exégète ivoirien en plongée subaquatique, Issa Yelbi, ancien champion de Côte d’Ivoire en natation, résidant en Allemagne.

Au cours de la récente conférence de presse qu’il a animée, l’entraineur des Eléphants sauveteurs aquatiques, l’adjudant des sapeurs-pompiers à la retraite, Traoré Aboubacar, a tenu à assurer l’opinion nationale relativement à l’état d’esprit de ses poulains. « Pour la première fois, la Côte d’Ivoire va participer au championnat du monde de sauvetage sportif. Les préparatifs vont bon train depuis trois semaines avec les 10 nageurs dont une jeune nageuse anciennement championne de Côte d’Ivoire et sauveteur aquatique détentrice du diplôme international de sauvetage aquatique de l’Ils (Fédération internationale de sauvetage aquatique), aujourd’hui affiliée à la FISSA. Les athlètes sont dans un bel état d’esprit et le travail est beaucoup basé sur des épreuves aquatiques et d’oxygénation afin de permettre aux athlètes d’avoir une bonne capacité pulmonaire. C’est très important pour la compétition très prochaine », a fait savoir l’ex-membre de l’équipe nationale de la discipline de 1972 à 1982.

Aussi s’est-il félicité des conditions de ses athlètes qui sont pour la plupart des anciens nageurs  « techniquement » bons et disposés à travailler le volume pulmonaire, c’est-à-dire l’endurance. Toutefois, le coach Traoré Aboubacar n’a pas manqué de déplorer l’abandon de deux athlètes consécutif à un problème de santé.  Concernant le sauvetage sportif, il a reconnu la complexité de cette discipline. « Ce n’est pas la natation ordinaire consistant à nager et revenir. C’est la natation aquatique. C’est la natation qui ne se fait pas simplement. Elle se fait avec des objets. C’est encore plus compliqué. Certes, nous n’avons jamais fait cette compétition, mais, déjà, avec ce que nous savons d’elle, nous nous préparons en conséquence. Il y a des mannequins, les apnées 25m x 10 à chaque séance. Donc c’est déjà important pour quelqu’un qui peut rester 25m sous l’eau et faire 10 fois la récupération de 10 secondes. Il faut vraiment tirer le chapeau à ces jeunes sauveteurs aquatiques », estime l’adjudant Traoré.

Des athlètes de l’équipe nationale dont Tra Aya Sidonie, ex-championne de Côte d’Ivoire, interrogée sur place en pleine préparation dans le bassin de la Piscine d’Etat de Treichville, ont affiché leur optimisme pour ce rendez-vous en Australie. Idem pour la vice-présidente de la FISSA, Kanouté Djénéba épouse Diarra, qui s’est, par ailleurs, réjouie de la bonne ambiance au sein de cette formation ivoirienne.

Marcellin Boguy 

Légende photo : Les Éléphants Sauveteurs se préparent activement et dans un bel esprit en vue du Mondial 2024 en Australie.

 

Laissez une réponse

Votre email ne sera pas publié