Succession d’Henri Konan Bédié – Vers deux scénarios au PDCI-RDA

Le face-à-face électoral entre Maurice Kacou Guikahué et Tidane Thiam  aura-t-il lieu, le 16 décembre 2023 ? A défaut, de voir triompher Tidjane Thiam, le 8e congrès extraordinaire du PDCI-RDA pourrait confirmer définitivement le président intérimaire Philippe Cowppli-Bony, successeur de feu Henri Konan Bédié,  face à l’échec des initiatives pour le consensus au niveau des candidats retenus par le collège électoral. Notre analyse.

Initialement prévue pour  le jeudi 7 décembre 2023, la publication officielle de la liste définitive  du collège électoral du 8e congrès extraordinaire du PDCI-RDA, à savoir les candidats retenus et les électeurs, se fera le samedi 9 décembre après la validation, ce vendredi 8 décembre, de cette liste par le président par intérim du parti, le professeur Philippe Cowppli-Bony. Selon le communiqué du comité d’établissement, de contrôle et d’homologation du collège électoral daté du mercredi 6 décembre 2023 signé du vice-président dudit comité, Amadou Ouattara, ce report est lié à la commémoration des 30 ans du décès de Félix Houphouët-Boigny, fondateur du PDCI-RDA, qui s’est tenue à Yamoussoukro, les 6 et 7 décembre 2023.

Avant la publication de la liste définitive du collège électorale, des réalités ont vu jour. Des faits qui vont immanquablement influencer le cours de l’histoire relativement au congrès extraordinaire qui se déroulera le 16 décembre prochain. S’agissant des candidats déclarés à la succession du défunt président du PDCI-RDA, Henri Konan Bédié, ils étaient au départ cinq personnes. Ce sont Maurice Kacou Guikahué, Tidjane Thiam, Jean-Marc Yacé, Akossi Bendjo et Moise Koumoué Koffi. Chemin faisant et les bisbilles politiques agissant, une nouvelle configuration s’est présentée. Akossi Bendjo s’est désisté au profit de Tidjane Thiam. Il a rejoint le célèbre banquier ivoirien qui ambitionne également de se présenter en 2025 à l’élection présidentielle au titre du parti créé par son grand-père maternel Houphouët-Boigny. Autre chamboulement sur la liste des postulants, le retrait de Moise Koumoué Koffi. L’ancien ministre d’Houphouët-Boigny a décidé de se retirer de la course pour la succession d’Henri Konan Bédié.

« Aujourd’hui, au regard de la conduite actuelle du processus électoral et après une profonde réflexion, j’ai décidé de retirer ma candidature à la présidence du PDCI-RDA. (…) je voudrais exprimer ma gratitude envers tous les militants et militantes qui m’ont sollicité et soutenu. (…) Sachez que mon retrait de la course ne signifie pas que je cesserai de travailler activement pour notre Parti afin de réaliser notre objectif commun, celui de bâtir un Parti politique plus fort, uni et prospère. Au contraire, je continuerai à soutenir, comme je l’ai toujours fait, nos efforts communs pour le bien de notre organisation politique », a-t-il affirmé dans le communiqué d’annonce de son retrait de la course en date du mardi 5 décembre 2023.

Akossi Bendjo et Koumoué Koffi ayant renoncé, il reste en lice Kacou Guikahué, Tidjane Thiam et Jean-Marc Yacé. Le secrétaire exécutif en chef du PDCI-RDA est rattrapé par la sombre affaire judiciaire de sa mise sous contrôle suite à la crise politique consécutive à l’élection présidentielle de 2020. Kacou Guikahué est alors épinglé, avons-nous appris, par le comité d’établissement, de contrôle et d’homologation du collège électoral présidé par l’ancien ministre Gervais Kacou. Il est donc sur la sellette quand nous apprenons hier que la justice ivoirienne a levé la décision de contrôle judiciaire qui le frappe. « Nous attendons la copie de la décision pour nous prononcer », soutient un membre de l’équipe de campagne du secrétaire exécutif en chef du PDCI-RDA que nous avons interrogé. Si cette décision judiciaire est avérée, Guikahué demeura de fait en lice.

Quant à Tidjane Thiam, le candidat visiblement chouchouté au PDCI-RDA, une disposition de l’article 41 des statuts du parti stipulant que les candidats à la présidence du PDCI-RDA doivent  avoir été membres du Bureau politique du parti pendant au moins dix ans constitue un boulet à ses pieds. Une situation qui invalide de facto sa candidature à la présidence du parti, nous a confié un membre du Bureau politique du PDCI-RDA. Ecarter Tidjane Thiam de la course à la succession d’Henri Konan Bédié ? Une éventualité que des membres du comité des sages et la direction du parti fondé par Houphouët-Boigny veulent vaille que vaille éviter. D’où les initiatives de consensus entreprises mais qui ont échoué.

Deux possibilités s’offre alors au PDCI-RDA : d’une part, valider les trois candidatures de Maurice Kacou Guikahué, Tidjane Thiam et Jean-Marc Yacé, et permettre une élection mouvementée, le 16 décembre 2023, avec toutes les conséquences sur la paix au sein parti ; ou d’autre part, recourir à la confirmation du président par intérim comme successeur d’Henri Konan Bédié, lors du congrès extraordinaire afin de « sauver » le PDCI-RDA. Un second scénario qu’un membre du Bureau politique nous a dit difficile à réaliser mais pas impossible. « Les textes ne prévoient pas cela. Par contre, l’intérim du président Cowppli-Bony peut être prolongée si on constate que l’élection suscite des tensions vives qui vont mettre en péril la cohésion du parti », précise-t-il. A quelques jours du 8e congrès extraordinaire du plus vieux parti de Côte d’Ivoire, l’esprit de paix prôné par Félix Houphouët-Boigny n’a toujours pas inhibé les cœurs.

Didier Depry 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laissez une réponse

Votre email ne sera pas publié