Transition au Mali – Wagner, l’hydre de la déchéance de la junte, selon le président du PSDA  

Dans cette tribune, le président du Parti social-démocrate (PSDA), Ismaël Sacko, contraint à l’exil, porte un regard critique et incendiaire sur l’avenir de la Transition au Mali tenue par le Colonel Assimi Goita et ses rapports avec la société militaire russe Wagner du sulfureux Evgonie Prigojine.    

La guerre asymétrique que les Forces de Défense et de Sécurité du Mali livrent contre les terroristes depuis 2012 est loin de combler les attentes d’un peuple qui se sent de plus en plus abandonné et oublié par une junte occupée à conserver le pouvoir d’Etat et à s’enrichir pendant que la population succombe et suffoque, et cela, malgré l’appui et l’accompagnement de la communauté internationale.

La faible lisibilité d’un partenariat sécuritaire et d’une coopération de développement avec l’Occident devenu gênant pour la junte qui a préférée engager des mercenaires Wagner pro-Russes, a conduit au retrait des forces internationales dont BARKHANE et la MINUSMA.

Sarcophage, la junte a choisi Wagner pour sa propre sécurité et pour sa barbarie et ses exactions d’assassinat contre des innocents maliens.

Au nom de la lutte contre le terrorisme au Mali, Wagner tue et brime notre population au vu et au su de tous. La junte, pour se maintenir au pouvoir, ferme les yeux et laisse faire.

Le monde entier n’a pas fini de découvrir l’épilogue de l’hydre Wagner et son mentor Prigojine.

Le pseudo duel qui oppose la sanguinaire Prigojine, une partie de sa milice en Afrique, et son maître Poutine, roi de la Fédération de Russie qui est en sursis dans son propre royaume, a donné des sueurs froides à la junte prise au dépourvu par la métastase Wagner.

A ce jour, toutes les options sont possibles. Le plus offrant dont l’OTAN pourrait réengager l’hydre terrestre Wagner contre la junte Assimite devenue de plus en plus impopulaire au Mali.

Pendant que Wagner et la Russie se sucrent au Mali à partir des contrats miniers juteux, l’insécurité s’aggrave et la population trime.

Toujours est-il que les plus faibles d’esprit applaudiront jusqu’au changement brutal dont les signes cliniques sont alarmants.

Oui, tout porte à croire que l’état gravissime du délitement de la cohésion et du climat des affaires au Mali pronostique la fin du règne des Assimites.

Wagner dans sa mutation s’en ira pour renaître de ses cendres ailleurs. De « nouveaux instructeurs » pro-Russes pourraient remplacer l’hydre tueuse Wagner.

Dans tous les cas de figure, il incombe aux maliens de tout horizon de sortir de l’esprit clanique pour mettre le Mali au-dessus de nos égos et de nos intérêts nombrilistes.

L’appel du 20 février 2023, le front uni contre la constitution, le M5 Malikura et l’ensemble des personnalités indépendantes et les forces vives patriotiques et sincères démocratiques et non point alimentaires, doivent sonner le glas.

Il est temps que les forces structurées engagent la résistance contre la gouvernance aveugle et sans vision des Assimites caractérisée par une diplomatie à scandale.

Le temps, l’heure du sursaut a sonné

Il est clair que ni la propagande des loubards virtuels de la junte et encore moins la junte elle-même en quête de ressources financières ne sauraient garantir des milliers de jeunes maliens qui ont perdu leur emploi à cause du départ non anticipé et impréparé de la MINUSMA.

Par ailleurs, la trahison d’Assimi contre Bah N’Daou, contre Ghassoulm Goita (ancien DGSE), contre Kalilou Doumbia; l’assassinat de Boubeye Maiga en prison, les arrestations éhontées et arbitraires de Ras Bath et Rokia Doumbia dite Rose Mme Vie chère sont des actes prohibés par la culture africaine et malienne.

De même, la procédure de dissolution en cours du parti PSDA sans fondement juridique et les intimidations et tentatives d’arrestation contre l’Imam Dicko dont le passeport a été retiré ainsi que l’interpellation sur fond de menace contre deux avocats et anciens ministres et pour finir l’exil forcé de dignes fils du Mali qui n’ont rien à se reprocher si ce n’est leur désaccord avec des voyous à la tête du Mali, montrent à suffisance que le camp Assimi est à bout de souffle.

Le musèlement et le silence de la majorité silencieuse semblent arriver à terme. Le ras-le-bol et l’impatience des maliens se font de plus en plus sentir à cause de l’échec sécuritaire et de l’absence d’une vision de développement.

Assimi l’incongru, Assimi le traître, Assimi la sangsue et son équipe doivent être éconduits.

Pour preuve, Choguel Kokala Maiga, le caméléon clivant, tente depuis moins d’une semaine de dézinguer ses alliés de la junte. Sentant la fin du règne des Assimites et sachant la fin de l’idylle entre la junte et le peuple digne et avisé du Mali, Choguel veut créer des recettes pour se dédouaner afin d’échapper au sort réservé aux traîtres de son espèce.

La tentative de volte-face de Choguel Kokala Maiga afin de lâcher son mentor qui l’a nourri et hissé au rang d’un Premier ministre incapable et soumis aux diktats de la junte pour assouvir leurs besognes malsaines, est un acte de trahison. Il doit savoir qu’Assimi Goita est bien le chef des traîtres et qu’ils seront tous jugés à dessein pour haute trahison et pour mensonge d’état.

Le Mali mérite mieux.

Le 20 juillet 2023

Ismaël Sacko

Président du PSDA 

Chevalier de l’Ordre National

Laissez une réponse

Votre email ne sera pas publié