Après l’annulation unilatérale de l’Accord d’Alger par Bamako – Ismaël Sacko (PSDA) : « La diplomatie belliqueuse de la junte Assimite plonge le Mali dans l’incertitude »

Le président du parti social-démocrate africain (PSDA) du Mali, Ismaël Sacko, ancien Conseiller spécial de feu le président élu Ibrahim Boubacar Kéita (IBK) puis du président de la Transition, Bah N’Daou, contraint à l’exil par la junte militaire du colonel Assimi Goita, dénonce  la décision unilatérale prise par le pouvoir de transition au Mali  d’annuler l’Accord de paix d’Alger  signé par le pouvoir central du Mali et les groupes rebelles, il y a quelques années, sous l’égide de l’Algérie.

 

Les Assimites, à travers le porte-parole du gouvernement, le Colonel Abdoulaye Maïga, ont annoncé, au JT de 20h de la Télévision nationale du Mali, le jeudi 25 janvier 2024, la fin de la mise en œuvre de l’Accord d’Alger signé en 2015 à Bamako, avec effet immédiat. Les personnes avisées n’ont nullement été surprises  par l’attitude conflictuelle de la junte malienne. Car, elle n’a jusqu’ici brillé que par la confrontation. Se dédire, se contredire et violer ses propres engagements est devenu la marque de fabrique des Assimites.

La violation des Assises nationales dites de la Refondation  

Pour rappel, en décembre 2021, les participants aux Assises en question avaient pris entre autres comme recommandations fortes, la révision de l’Accord d’Alger conformément en son article 65. On nous avait fait comprendre que ces recommandations seront exécutoires par le chef de l’Etat, le Colonel Assimi Goita. Et la junte à travers le caméléon et mégalomane, le Premier ministre Choguel Kokala Maïga, avait endormi les Maliens en parlant de la mise en œuvre «intelligente » dudit Accord. Ces propos avaient été réitérés par le Premier ministre par intérim, le Colonel Abdoulaye Maïga, lors de l’Assemblée générale des Nations unies en septembre 2022. Le virevoltant et l’inconstant Assimi Goita connu pour ses incohérences vient de violer à nouveau l’engagement qu’il avait pris devant les Maliens lors des Assises dites de la Refondation.

Assimi Goita viole sa nouvelle Constitution de juin 2023

La constitution tripatouillée promulguée par Assimi Goita avait intégré certaines dispositions de l’Accord d’Alger. En révoquant le présent Accord qui a une dimension supranationale, Assimi Goita se fourvoie et viole sa Constitution. Est-ce à dire qu’il fera entorse à sa Constitution ou qu’il procédera à d’autres changements ?

 Assimi Goita lâché par Alger  

La brouille diplomatique avec le grand voisin du Nord avait présagé d’une réconciliation d’esprit à l’avantage du Mali. Oh que non. Les soutiens de la junte Assimite et leur armada d’activistes de loubards virtuels et alimentaires croyaient tromper les Maliens. Le temps a poussé les Assimites dans leur dernier retranchement. Le communiqué du 25 janvier 2024 met à nu l’échec diplomatique d’Abdoulaye Diop, ministre des Affaires étrangères. Assimi Goita s’est senti floué par Alger qui voit dans le chef de la junte malienne, un dirigeant incapable d’honorer ses engagements. C’est dire qu’Assimi Goita a déshonoré la parole du Mali. Pour Alger, la junte malienne est indigne de confiance. Le coléreux Goita ne doit s’en prendre qu’à son immaturité politique et à sa boulimie du pouvoir qui auront raison de sa attitude bornée.

Une souveraineté à géométrie variable  

C’est bien la junte malienne qui avait reçu sur son territoire l’opposant ivoirien Guillaume Soro à qui, elle a remis le passeport malien. Le Président ivoirien SE Alassane Ouattara ne s’en est pas plaint.  Pourquoi Assimi Goita se plaint d’Alger qui a la souveraineté de recevoir chez lui, l’imam Dicko comme son hôte ? Est-ce que la souveraineté est à géométrie variable ? Ce qui est donc acceptable à Bamako en recevant l’opposant ivoirien ne le serait pas à Alger qui a le droit de recevoir l’imam Dicko et des groupes armés du CSP ? Quid de Wagner, des mercenaires terroristes ? En traitant directement avec Wagner qui s’est emparé de Kidal en assassinat civils et militaires maliens, le chef des putschistes maliens a validé son ticket de Président mercenaire. Assimi Goita serait donc, bel et bien, un immature infantilisé qui agit par sautes d’humeur de façon irresponsable et irréfléchie. Tout ça pour garder bêtement le pouvoir.

Les Nations Unies et la CEDEAO, le goulot des Assimites 

Sans prendre des gants, Alger a réussi à mettre Assimi hors de lui-même. Alger a réussi à convaincre l’organisation mondiale de la mauvaise foi de la junte malienne, d’où le maintien des sanctions contre le Mali. Il n’est pas exclu que la CEDEAO emboîte le pas faute d’instabilité au Mali et faute de lisibilité et de visibilité au sujet de la fin de la transition, une période d’exception qui semble s’éternisée.

Conclusion 

Force est de reconnaître que l’attitude déraisonnée,  conflictuelle et délétère de Bamako, crée de facto, un rapprochement de circonstances entre Paris et Alger et cela au détriment des Assimites.  Assimi Goita aurait dû user de la diplomatie constructive pour baisser la pression et la tension avec Alger. Car le corridor Alger – Gao-Kidal est vital pour nos populations du Nord du Mali.  L’axe Bamako-Alger est une voie d’entrée tant des denrées et autres vivres que le passage d’acheminement des équipements militaires des FAMAS. La bêtise va-t-en guerre d Assimi Goita pourrait être très létale pour la junte en proie à une crise interne conséquemment à une lutte anti-corruption déjà biaisée par le prince du jour. Pour sauver le Mali, Assimi Goita devrait démissionner pendant qu’il est temps car son dialogue inter-malien sera un monologue aux résultats voués d’emblée à l’échec. Les maliens sont à bout de souffle; ils souhaitent respirer et vivre en paix. La diplomatie reste l’unique voie de résolution d’incompréhensions entre des pays voisins. La paix est une denrée vitale à rechercher et à consolider pour la stabilité du Sahel.

Le 25 janvier 2024

 Ismaël Sacko

 Président du PSDA 

Chevalier de l’ordre national

 

Laissez une réponse

Votre email ne sera pas publié