Décès de l’ancien président du Conseil constitutionnel – Alassane Ouattara : « Je perds un ami sincère et loyal »

« C’est avec une profonde tristesse que j’ai appris le décès, ce lundi 8 avril 2024, du Président du Conseil Supérieur de la Magistrature, M. Koné Mamadou, ancien Président du Conseil constitutionnel et ancien Garde des Sceaux, Ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, Je salue la mémoire de ce brillant Magistrat, grand serviteur de l’Etat, qui a exercé ses fonctions avec compétence, rigueur et responsabilité.  Avec la disparition du Président Koné Mamadou, la  Côte d’Ivoire perd aujourd’hui, un homme d’exception et de grande valeur, je perds un ami sincère et loyal. Je présente mes condoléances les plus émues à son épouse, à ses enfants, à sa famille ainsi qu’à la grande famille de la Magistrature. Que son âme repose en paix ! »

C’est le communiqué officiel signé du président de la République, Alassane Ouattara, et rendu public, le lundi 8 avril 2024, à travers lequel il salue la mémoire de l’ancien président du Conseil constitutionnel nommé, il y a quelques années, président Conseil supérieur de la magistrature, avant son décès, suite à une longue maladie, ce lundi 8 avril 2024.

Magistrat hors hiérarchie, Koné Mamadou était diplômé en droit de l’Université nationale de Côte d’Ivoire (aujourd’hui Université Félix Houphouët-Boigny). Il est né le 18 septembre 1952 à Boundiali, dans la région des savanes. Après la faculté de droit à Abidjan-Cocody, il a poursuivi ses études à l’Ecole nationale de la magistrature de Paris (France). Après quoi, il rentre au pays pour enseigner à l’Ecole nationale d’administration (ENA) de 1992 à 1996, puis à l’Université de l’Atlantique d’Abidjan (une Université privée) de 2000 à 2003.

 Koné Mamadou assumera de nombreuses fonctions dans l’administration publique ivoirienne. Il a notamment été procureur et président de la Cour d’appel de Daloa. Il sera, en outre, un membre actif des Forces Nouvelles (ex-rébellion armée contre le régime de l’ancien chef de l’Etat Laurent Gbagbo). En cette qualité, il sera Garde des sceaux, ministre de la Justice et des Droits de l’Homme dans les gouvernements  des Premiers ministres Charles Konan Banny  et Guillaume Kigbafori Soro, de 2006 à 2010. Avant d’être nommé sous le chef de l’Etat Alassane Ouattara, président du Conseil constitutionnel en remplacement de Francis Vangah Wodié(décédé). Il occupera ledit poste du 3 février 2015 à juillet 2023.Le président Ouattara le nommera ensuite président du Conseil supérieur de la magistrature. Poste qu’il a occupé jusqu’à sa mort.

Marcellin Boguy

Légende photo : le président du Conseil supérieur de la magistrature et ancien président du Conseil constitutionnel, Koné Mamadou, est décédé suite à une longue maladie.

 

Laissez une réponse

Votre email ne sera pas publié