Lutte contre le tabagisme – Plusieurs acteurs africains « s’arment » à Abidjan

Une dizaine d’acteurs de la lutte anti-tabac issus de sept pays africains participent à un renforcement de capacités organisé par l’ATIM, le Centre africain pour la surveillance de l’industrie du tabac et la recherche sur les politiques de l’Université de Pretoria, en Afrique du Sud. Cette formation qui a débuté, le lundi 10 juin 2024, à Abidjan, pour s’achever vise à renforcer les capacités de surveillance de l’industrie pour des défenseurs efficaces de la lutte anti-tabac en Afrique – Building Capacity in Industry Monitoring for Effective Tobacco Control Advocates in Africa (BETA 3.0).

Pendant trois jours de formation, il a été question pour les éminents professeurs issus des Universités de l’Afrique du Sud, de la Californie (USA), du Nigeria, du Kenya et de la Grande Bretagne, d’attirer l’attention des participants sur les manœuvres malsaines de l’industrie du tabac en Afrique et comprendre les développements concernant la Convention Cadre de l’OMS (CCLAT). Ainsi faire connaître les lignes directrices de mise en œuvre et la base de données probantes, en mettant en évidence les développements régionaux et nationaux dans la mise en œuvre en Afrique.

Être outillé sur les mécanismes de surveillance des activités d’ingérence de l’industrie du tabac, y compris des méthodes telles que la recherche de documents et l’identification de nouvelles tactiques et de nouveaux modes d’ingérence de l’industrie du tabac. Il a été question également pour les participants d’être plus outillés sur l’utilisation de diverses techniques pour développer et élaborer une stratégie de plaidoyer efficace, y compris le partage des meilleures pratiques pour contrer l’ingérence de l’industrie.

Le jeudi 13 juin 2024, les participants ont été soumis à un exercice. Celui de proposer des plans de plaidoyer aux différents leaders politiques des gouvernements concernés. Un exercice durant lequel les représentants de la Côte d’Ivoire ont fait bonne figure. La Zambie, le Kenya, l’Ouganda, le Nigeria, l’Afrique du Sud, le Ghana et la Côte d’Ivoire prennent part à cette formation de renforcement de capacités sur la surveillance de l’industrie du tabac en Afrique. Ledit renforcement de capacité  prend fin ce vendredi 14 juin par la remise de diplôme de fin de formation.

Anicet Zio

 Légende photo : Les participants et leurs encadreurs ont posé au terme de la cérémonie d’ouverture de la formation.

 

Laissez une réponse

Votre email ne sera pas publié