Cacao / Campagne intermédiaire commerciale –  Le prix du kilo fixé à 1500 FCFA

« Le prix minimum bord champs pour la campagne intermédiaire qui s’ouvre aujourd’hui (NDLR : mardi 2 avril) est fixé à 1500F. Ce prix pourrait connaitre une embellie à la grande campagne si l’envolée des coûts du cacao au niveau mondial est maintenue jusqu’à cette période ». C’est l’essence de l’intervention du ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture, du Développement rural et des productions vivrières, Kouassi Adjoumani Kobena, le mardi 02 avril 2024, au 23ème étage de la Caistab, à l’occasion de l’ouverture de la campagne intermédiaire de commercialisation 2023-2024 de Cacao. Il faut dire qu’avec la flambée des coûts mondiaux du cacao au premier trimestre de l’année 2024, le prix de la campagne intermédiaire pour la première fois en Côte d’Ivoire est plus élevé que la grande campagne.

A en croire le ministre, la récolte de la période d’avril à septembre 2024 a permis de réaliser un prix CAF moyen de 2 326 FCFA le kilogramme. C’est donc sur cette base que l’État de Côte d’Ivoire a décidé de servir le prix au producteur à 1500 FCFA le kilogramme, soit 64% du prix CAF de réalisation. Le ministre a expliqué que des reformes ont été menées avec  le choix du système de vente par anticipation pour stabiliser et la production et le prix. Et d’ajouter que « S’il y a une chute du prix du cacao, nous allons maintenir le prix et cette stabilisation régule les choses alors qu’au Cameroun, c’est le système de libéralisation ».

Si dans l’ensemble les producteurs sont satisfaits du prix minimum bord-champs, il n’en demeure pas moins que ceux-ci notamment M. N’Zi Yao Dinard, vice-président du Fop-CC souhaite que les producteurs soient associés à la fixation du prix du cacao à travers la mise en place de l’interprofession de la filière café-cacao. « On ne peut pas faire le bonheur de quelqu’un à sa place »,  a-t-il fait remarquer.  Notons que la filière café-cacao est le fer de lance de l’économie ivoirienne. Elle représente 40% des recettes d’exportation et plus de 15% du Produit intérieur Brut (PIB).

Nedson Djinsou

 

Laissez une réponse

Votre email ne sera pas publié